120 - Partage de Christian et Bruno

Publié le par Claude Louis



Christian - Rennes

Tu avais déjà pris comme exemple le cinéma pour parler du temps et des cycles, et je l'avais trouvé intéressant. En lisant le bulletin 112, j'ai fait le rapprochement avec une prise de conscience ces derniers jours.

Je viens de terminer un livre dont l'histoire se déroulait sur plusieurs volumes. Lorsque le dernier volume fut terminé, je me suis rendu compte le lendemain que je continuais à repenser à cette histoire. Pire, j'en faisais une suite ! Mon attention était toujours occupée par cette histoire, malgré le point final décidé par l'auteure.

En relisant ton bulletin, j'ai vu le parallèle avec ces livres. En déplaçant mon regard de page en page, mot après mot, j'ai fait vivre cette histoire dont les images se créaient au fur et à mesure de ma lecture. Assis tranquillement dans mon fauteuil, c'est plutôt une chaise d'ailleurs, je m'étais identifié aux personnages. Surtout au personnage principal (le bon !) mais aussi aux autres, selon les moments. Et je vivais tout cela à chaque fois que je prenais un volume. Sans oublier de me faire "mon film" entre chaque !!

Il m'a fallut un effort pour me désidentifier de l'histoire... pour faire ce que j'avais à faire avec toute mon attention.
J'ai pris conscience que j'avais tendance à le faire quelque soit les livres ou films que je lisais ou voyais. .
Je viens vraiment de prendre de la distance.

De plus, je me suis rendu compte d'une forme de "mélancolie" (je ne trouve pas d'autres mots) à la fin du dernier volume, car l'auteure a fini par un dernier chapitre situé dans le temps. J'avais comme la sensation que toute cette histoire, qui se passe sur plusieurs années, voire dizaines d'années, n'existait plus pour les personnages et qu'ils étaient passés à autre chose. Cela n'avait duré qu'un instant, malgré l'intensité des moments vécus. Cette "mélancolie" venait de ce que, moi, j'étais toujours accroché à leur passé. J'étais toujours identifié à leur passé... mais pas eux !! :-)

Je voulais juste te partager ce que j'avais compris grâce à tes bulletins, même si j'ai mis le temps, car ce n'est pas la première fois que tu en parles.
Merci pour ta patience et ta persévérance.

Claude : Merci Christian pour ce magnifique partage de ta compréhension de divers mécanismes de la conscience. Oui j’en parle très souvent sur mes bulletins sachant que pour la plupart des gens il est difficile d’intégrer ou même de simplement voir ces mécanismes en action dans leur quotidien.


 
Bruno - Montpellier
 
Très intéressant ton dernier bulletin, le 112.
 
Il m'a permis de découvrir un parallèle entre le Vide ( 0 ) qui est le support en même temps qu'il imprègne toute sa cristallisation qu'est l'existence et l'Eternité ( elle aussi 0 ) qui est le support en même temps qu'elle imprègne toute sa cristallisation qu'est l'instant présent.
 
Qu'en penses-tu ?
 
Point de vue de Claude

Cela me paraît juste.

Le Vide (0), que nous pouvons aussi nommer “Conscience sans contenu”, est aussi la Source qui crée les réalités de l’existence. Nous pouvons même dire que les réalités de l’existence ne sont que de la conscience “cristallisée” !

N’oublions pas que sans la particule d’attention/intention il n’y aurait aucune création, aucune réalité, aucune existence ! Et l’attention serait une particule de Conscience.

S’il y a vraiment Vide fondamental (pas le vide physique), il ne peut y avoir de temps, donc nous pouvons nommer cela “l’éternité”. De cette Éternité sort une particule ou une onde (une intention) qui dure un instant et retourne instantanément au Vide, au Rien, mais qui se renouvelle à chaque instant. Cet instant (1 instant) sort du Non-instant (0 instant) et peut être nommé le temps fondamental.

Le temps psychologique est très variable. Si on s'ennuie, il est long – si on s’amuse, il est rapide !
Le temps chronologique qui est un accord entre nous ne doit pas, théoriquement varier. Avant l’heure, ce n’est pas l’heure, après l’heure c’est plus l’heure.

L’étude d’un sujet demande du temps (nous désintégrons le sujet avec le mental), mais la compréhension, l'intégration et l'unification se fait en instant
.

Notre vie se déroule dans l'instant
et cette vie qui se déroule à chaque instant se nomme, "existence".


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article