81 - Le RÉSEAU des Incidents de l'Existence

Publié le par Claude Louis



Terminer ses cycles restaure

sa propre puissance à

Être... Faire... Avoir.


Le RÉSEAU des Incidents de l'Existence

Le mystère du comportement humain clarifié! 


Les créations et les expériences naissent, survivent et meurent... et tout est parfait dans le grand jeu de l’existence. Mais quand certaines créations ne meurent pas (ne se terminent pas), alors que nous souhaitons qu’elles se terminent, nous avons divers problèmes qui nous préoccupent et qui accaparent toutes nos “unités de vie”, toute notre attention.

Et pour continuer à survivre malgré cela nous mettons ces créations indésirables dans une zone de la conscience que nous rendons “inconsciente ”... Et c’est là que se trouve un des plus graves problèmes de l’humanité actuelle. Rendre inconsciente une partie de la Conscience est une aberration fondamentale.

Cette zone où est stocké tout ce qui est indésirable est appelée “le Réseau”. Le Réseau contient les traumas, les pertes, les échecs, les problèmes, les non-dits, les méfaits... Toutes les misères du monde qui n’ont pas été expérimentées totalement sont des cycles qui restent en suspens dans le temps et l’espace. C’est une véritable “épée de Damoclès” supendue au dessus de nos têtes. Le Réseau contient des programmes “aberrants” qui vont nous conditionner à vivre un futur indésirable !

Nous pourrions dire que c’est dans cette zone qu’est stocké ce que certains appellent “le karma”. Le karma, que nous appelons avec moins de poésie la loi de cause/effet, nous dit que tout ce qui a un début doit avoir une fin. Et que toute création non terminée (non intégrée) aura un impact néfaste sur notre existence. Cette loi pourrait même nous obliger à une existence future que nous pourrions ne pas souhaiter.

Certains ont peur de la mort, alors qu’ils n’ont jamais clarifié ce qu’est la mort. S’ils le faisaient, ils verraient que ce n’est pas eux qui meurent. À mon avis, nous devrions beaucoup plus nous inquiéter de l’existence qui pourrait nous être imposée “demain” à cause de certaines expériences que nous n’avons pas terminées aujourd’hui ! Ne pas vouloir ou ne pas pouvoir payer ses dettes c’est les reporter à demain, mais il y aura un peu plus d’intérêt, la note sera un peu plus douloureuse !

La loi de cause/effet est assez inexorable dans son fonctionnement mécanique, mais en la comprenant nous pouvons facilement l’annuler, retrouver notre point cause originel (en tant qu’Être - 0) et nous placer au dessus de cette mécanique.

Mais malheureusement chez la plupart des humains, le point cause de leur existence n’est pas l’Être, la Source de Vie, mais c’est cette machine que l’on nomme le Réseau. Le Réseau programme notre existence et les effets qu’il nous fait subir ce n’est vraiment pas la joie !

Nous devons comprendre que le Réseau est le point cause de toute la souffrance humaine. C’est la confusion qui se trouve dans le Réseau qui nous rend stupides et nous empêche d’atteindre nos objectifs et nos rêves. C’est dans le Réseau que se trouvent stockées des bombes à retardement. Ces bombes sont d’anciennes créations traumatiques refoulées, toujours prêtes à être réactivées par l’existence.

C’est la réactivation de ces charges qui apporte au corps physique diverses maladies et somatisations. Le Réseau est la cause de la souffrance.

Pouvoir clarifier cette confusion et dissoudre les créations “chargées” stockées dans son Réseau personnel devrait être un impératif de chacun. Prendre un chemin comme La Voie Directe est un bon objectif.
 
Bonne méditation




*********************************************************************

Le monde est une Cause qui a produit un “effet” sur moi.
 
Est-ce que je peux redevenir une Cause

capable de produire un effet dans le monde ?

Claude Louis

*****************************************************


QUESTIONS – RÉPONSES

**********************************


   Michel 60
 
Merci pour ta réponse. Egalement pour les éclaircissements que tu apportes à Jacques concernant la nécessité de faire les expériences, et de la souffrance en particulier. Eckart Tolle dit au sujet de la souffrance:"- restez là à l'observer sans passer à l'action. Continuez à maintenir votre attention sur la souffrance à sentir....Restez  alerte et présent"  Est ce bien cela que tu appelles "expérimenter" ?

Claude : OUI, c’est bien cela faire l'expérience de la réalité sans l'attaquer, sans fuir, sans y résister, sans sombrer dans l'inconscience, sans refouler. Ne rien faire, simplement Être cela.

Pensez à un animal qui se fait prendre la patte dans un piège à loups ; il ne comprend pas ce qui se passe, il va se débattre et va tenter de fuir, mais toutes ses tentatives seront vaines, le piège a été conçu pour que plus il se débat, plus il souffre, et il peut même arriver à s’arracher la patte !

Et bien pour nos souffrances ce sont comme des pièges à loups. Moins la personnes comprend ce qui se passe, plus elle va se débattre et plus elle augmentera sa souffrance.

Comprenez-vous mes amis ce phénomène ?

   Michel 60 : Je rejoins tout à fait Jacques: même si tes cours sont limpides et clairs, à l'usage dans la vie de tous les jours - et parfois aussi à la lecture de questions-réponses quelques doutes sur notre compréhension apparaissent, et puis aussi il nous arrive aussi d'oublier... C'est pourquoi en ce qui me concerne (sûrement valable pour d'autres aussi ), même s’il y a déjà 2 ans que j'étudie tes cours, j'éprouve toujours le besoin de me replonger, de reprendre cette philosophie qui est quand même différente de ce que j'ai connu depuis plus de 50 ans...

Ce n'est pas évident pour tous ceux qui étudient avec des moyens différents et des vitesses d'assimilation différentes, et un peu frustrant pour toi l'enseignant dont je ressens un peu l'irritation. Quoiqu'il en soit on ne peut que te remercier pour ce cours gratuit et tout l'énergie que tu dispenses.
Cordialement, Michel.

Claude : “Le doute est une bonne chose” disait Krishnamurti, il nous maintient en alerte afin de ne pas gober tout et n’importe quoi, comme nous l’avons fait dans notre petite enfance (et nous continuons la plupart du temps). Si pour l’enfant c’est normal, pour l’adulte c’est anormal. Nous devons douter, (mais pas être butté !) et nous devons aussi étudier et comprendre afin de pouvoir se faire notre propre opinion.

Oui, c’est vrai, de temps à autre, j’ai un peu d’irritation simplement parce que je passe de nombreuses heures à tenter d’aligner les concepts clairement et à répondre au mieux à chacun et je vois que beaucoup de personnes ne prennent pas vraiment le temps d’étudier sérieusement. Cela ne valide pas les objectifs que j’ai mis en place, et effectivement c’est un peu frustrant pour moi. Il est possible que dans quelque temps j'arrête d’écrire et même de diriger des stages, simplement parce que cela ne va plus m’amuser.

Mais je comprends aussi que pour la plupart des personnes et même des plus sérieuses, il peut y avoir des difficultés à comprendre ; c’est pour cela qu’à un moment donné, la théorie doit s'arrêter et la pratique commencer. Sauf qu’avant, il est préférable que la personne ait étudié et compris ce que je dis, sinon dans un stage elle perdra beaucoup de temps.



*****************************************************

Jean-Luc - La Hulpe - Belgique
 
Concernant le bulletin 78, je me pose une question. Quand tu fais l'hypothèse que la Cause Suprême est le 0, je me demande si ce 0 émet des intentions ? J'aimerais une clarification car je lis qu'il y aurait deux sources causales : le corps spirituel (du 1 ; que je comprends comme synonyme du mental, des pensées) et LA Cause, le 0.

Je ne comprends pas comment il peut y avoir 2 sources causales et comment elles agissent de par leurs intentions en fin de densification sur le corps physique, émotionnel et même mental (les pensées) ? Autre question philosophique, une intention est-elle polarisée, dans le sens où une intention créerait les côtés pile et face d'une médaille ?


Claude : L’univers des réalités est dualiste, cela veut dire que c’est un univers à deux terminaux donc un point cause et un point effet. Un terminal (Claude par exemple) produit un effet en écrivant ce qu’il écrit – cela produit un effet sur Jean-Luc quand il le lit – si Jean-Luc peut intégrer les effets c’est à dire dans cet exemple tout simplement comprendre (prendre avec soi), alors le second terminal (Jean-Luc) sera nourri et deviendra à son tour un point cause capable de produire des effets plus subtils ou plus performants ou...

Une personne qui lit et qui ne comprend pas ce qu’écrit Claude est effet et restera effet. Comprenez-vous pourquoi j’insiste sur la compréhension et la communication, qui est de poser vos questions ?

Mais revenons à ta question. 
En tant que centre de décision et donc de point cause, vous décidez d’une création et pour cela vos émettez une intention + un concept. Le concept étant la forme et l’intention, le souffle de vie qui va animer la forme.

Vous venez donc de produire un effet, mais sur qui ou sur quoi ?

Vous venez de produire un effet sur votre Esprit qui est effet de cette création. Si l’Esprit intègre cet effet (l’information ou la création), à son tour il devient une cause – et cette cause produira un effet sur les émotions, par exemple – puis les émotions produiront un effet sur le corps qui se mettra en action (les émotions sont de l’énergie qui fait avancer la “charrette” !).

Avec ces quelques exemples tu peux comprendre que toute chose peut être et doit être cause et effet. Les effets n’ont pour but que de relayer le message de la cause fondamentale, à la condition que le message ou la réalité soit intégré.

Pour intégrer quoi que ce soit, il nous faut être d’abord effet. Nous sommes humain parce que nous avons intégré "l'humanité" !

D’où l’importance de l’entraînement aux EC qui dans l’ensemble n’est qu’un entraînement à être cause et à être effet.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article