76 - qui êtes-vous... avant d'être ?

Publié le par Claude Louis

Photo-1046-BIS-4-.JPG

La Voie Directe

C’est une voie de connaissance bâtie sur l’observation et la déduction logique et intuitive (ressentis - empathie).
Elle ne fait appel à aucune croyance en des maîtres ou à des énergies qui seraient dans d’autres mondes.
Aucun système de croyances du type “dogmes religieux” n’est utile.


Sophia, l’amour – Sophia, la sagesse – Sophia, la vérité.
C’est une voie philosophique, une voie pour les amoureux de la sagesse.
Une voie pour la raison et pour le coeur - C’est la voie du maître, du sage, de l’éveillé.

Les postulats de base sont : vous êtes LE Maître véritable... Mais peut-être l’avez-vous oublié ?
Vous êtes déjà un “éveillé” ... Mais peut-être, dormez-vous et rêvez-vous ?
 Vous êtes la seule autorité en ce qui concerne votre vie.

Claude Louis

**************************************************


AVANT TOUTE CHOSE...


Nous pouvons concevoir par la réflexion ou la méditation qu’il pourrait y avoir avant toute chose, une Non-chose, avant toute manifestation, un Non-manifesté, avant toute forme, une Non- forme, avant toute création, un Créateur, non duel et non mortel.

Les religieux l’appellent Dieu. Nous pourrions l’appeler Conscience sans contenu et toutes les réalités seraient des contenus de cette Conscience. Le terme de Statique de Vie me convient bien (Statique dans le sens de toujours ICI et maintenant, hors du temps). Mais pour tenter de définir l’indéfinissable, l’étiquette aussi simple que “LA Vie”, pourrait être ce qui se rapproche le plus de ce qui EST.




Tout commence par ÊTRE
Je suis, vous êtes, nous sommes...


L'Être est représenté dans la Gnose Alchimiste par le symbole du 0, et la manifestation de l’Être, ce qu’on appelle “réalité” est représentée par le symbole du “1” et ses multiples, 2, 3, 4.... Nous pouvons émettre l'hypothèse qu’il y aurait un 0 Suprême et Infini, un Être Créateur Suprême, certains l’appellent Dieu. Et une manifestation infinie dont le symbole est le 8. Nous pourrions faire partie de cette manifestation.

Évidemment, le Non-manifesté vient avant la manifestation. Mais le Non-manifesté pourrait n’avoir aucune existence avant sa manifestation.
C’est l’enfant qui crée le Père qui l’a engendré !!!
Sans enfant, un homme est un homme, mais pas un père.
Sans la manifestation, le Non-manifesté est inexistant.

Sans le fils... de Dieu, par exemple, est-ce que Dieu existe ? Il pourrait n’exister que dans et par sa manifestation. Voyez-vous votre “importance” si vous acceptiez ce point de vue ? Vous pouvez être troublé si vous n’avez jamais mis sérieusement votre attention sur Le Créateur et Ses créations.

Il est important de pouvoir vous situer en tant que créateur de votre existence.
Et il est important de voir que vous n’existez que par vos créations. Ce sont ces créations qui vous donnent les caractéristiques... que vous croyez être !

À méditer...


Le 8 étant fait de deux 0 est aussi le symbole de de l'infini de la dualité.
Le 0 est non duel en Essence, et duel en naissant aux  réalités virtuelles et physiques.
Toute manifestation sous forme de réalité contient une dualité. En Orient c’est exprimé par le symbole du yin et du yang.

Une des meilleures façons de comprendre ce qu’est le 0 c’est de le voir en tant qu’Espace... ou Vacuité, selon les bouddhistes.

Rien ne se fait sans espace. L'espace serait notre vraie nature.
La masse et énergie virtuelles et physiques (corps et pensées) serait notre nature illusoire.

Vous pouvez lire ces mots qui sont une réalité virtuelle parce que vous avez de l’espace entre chacun. Mieux... ces mots s’écrivent sur et dans un espace. Pas d’espace, pas de mots, pas de réalité. Ceci n’est pas vrai parce que je le dis mais parce que vous pouvez le vérifier.

Est-ce que la réalité que nous sommes n’existe qu’à l’intérieur d’une Non-réalité ?
Est-ce que nos créations ne peuvent se manifester que quand nous avons de l’Espace ?
Est ce que l’aberration et la souffrance ne seraient pas simplement un manque d’espace intérieur et extérieur ?

Bonne méditation

*****************************************************

QUESTIONS – RÉPONSES

**********************************

Gilles de Nantes

quelle joie et quel émerveillement j'ai à travailler sur tes messages! Merci. Que de prises de conscience à un niveau plus élevé de ce qu'est le karma, intégrer c'est dé-créer, par exemple. Je me réjouis de l'opportunité de tes stages gratuits pour les mettre en pratique, je fais l'exercice de l'attention neutre et je constate que c'est difficile de faire des choses simples seulement quelques secondes.


Claude : Merci de me dire les difficultés que tu rencontres.


Gilles  : Les réalités virtuelles, est-ce tout ce qui est immatériel dans notre vie sur terre? (idées, identités, ressentis...)
J'ai contacté cette angoisse fondamentale de ne plus exister en étant mentalement conscient de JE SUIS, est-ce dû à la confusion qu'exister c'est être?

Claude : Oui, les pensées, idées, concepts, images mentales... sont des réalités virtuelles qui sont des points causes secondaires des réalités physiques. Le point cause premier étant l’Être, celui qui émet les idées, c’est à dire VOUS.

L'angoisse de ne plus exister est très réelle chez la plupart des gens simplement parce qu’ils ont inversé leur univers. Au lieu de partir du Centre, de ce qu’ils sont réellement, il parte de la périphérie de ce qu’ils croient être, des états d’être” ( personnalité).

Evidemment, la personnalité, ce que je crois être, est née et va mourir un jour, d’où l'angoisse de disparaître. L’astuce est de mourir à qui nous sommes dès maintenant (la personnalité, l’ego) et s’apercevoir en toute conscience que nous ne sommes pas morts, mais encore plus vivants qu’avant. Nous sommes la Vie (c’est notre vraie nature) et non pas simplement l’existence. C’est tout le chemin de La Voie Directe.

Exister c’est être quelqu’un ou quelque chose - être La Vie c’est Être Non-chose.


Gilles  : L'ETAT D'ETRE existe pour créer puis dé-créer, donc expérimenter le cycle : naissance (par l'attention dirigée), survie (rejet de ses créations), mort (par l'attention neutre). A quel moment l'ETAT D'ETRE retourne-t-il à l'ETRE?
Pour une personne très consciente, la survie est-elle encore une étape?
J'espère à bientôt car je suis intéressé d'abord par le stage de fin d'année, sinon le W-E du 15/16.

Claude : Il pourrait y avoir un peu de confusion concernant les états d’être !

L’Être crée des états d’être - ou La Vie crée des réalités et les anime - ou Dieu pour les croyants crée des fils (“fils unique” nous raconte la Bible !). Être ou Vie ou Dieu... doit être considéré comme étant notre vraie nature.
Est-ce clair ?
 
Un état d’être doit être considéré comme une réalité. Les états d’être forment notre nature illusoire.
Est-ce clair ?

Si nous sommes en tant que réalité une partie de l’Être nous avons les mêmes aptitudes que lui mais limitées par nos contenus de conscience, nos créations que croyons être (et si nous le croyons, nous le sommes !).
Est-ce clair ?

Donc à un niveau, nous sommes LA Vérité ultime sans naissance et sans mort (Dieu pour les croyants) - et à un autre niveau nous sommes (mais oui, c’est toujours nous !) une réalité illusoire avec naissance – survie et mort. Est-ce clair ?

Survivre n’est pas rejeter nos créations ! Survivre c’est faire l’expérience de nos créations par identification – faire l’expérience de nos créations c’est les digérer (les désintégrer) et les assimiler (les intégrer). C’est exactement comme manger, digérer et assimiler la nourriture qui permet au corps de survivre. Si le corps rejette la nourriture il ne peut survivre et meurt.
Est-ce clair ?

À tout moment l'état d’être qui est une réalité existentielle peut cesser d’exister et retourner à l’Être, à la Vie pure qui l’animait. Mais en principe tout état d’être qui naît a un objectif (on l’appelle une mission de vie) et devra faire des actions spécifiques dans le but de réaliser son objectif de vie, ce pourquoi il est venu dans le monde.

Chacun de nous est sensé être sur le chemin de sa mission de vie en train de l’accomplir afin de pouvoir dire le moment venu “tout est accompli, je peux me dés-incarner, me dés-identifier”.

Mais malheureusement très peu de gens accomplissent leur mission (à cause des divers trauma et programmes maléfiques qui en découlent) d’où les diverses angoisses et
souffrances de ne pas survivre et une sensation immense de perdre sa vie pour rien !

L’astuce est de trouver une voie d’éveil et de clarification (directe, si possible, le temps est compté) qui nous permette d’accomplir notre mission de vie et qui en plus nous permette de conscientiser que nous ne sommes pas coupés de la Vie (ou de Dieu pour les croyants) mais que nous sommes “réellement” à un niveau LA Vie (c’est l’éveil à son Essence, à sa vraie nature) et à un autre niveau une réalité (1 personnalité) en train d’accomplir notre véritable mission (pas celle des autres).

Ne pas accomplir sa mission, la raison de notre existence, l’objectif de notre incarnation... fera que nous refuserons notre mort (puisque notre mission n’est pas accomplie) et il pourra y avoir de l'amertume et un immense chagrin dû à ce non-accomplissement, dû à ce cycle non terminé...  D’où les histoires sur la réincarnation !

Est-ce clair ... pour quelques-uns !!! ?

Survivre n’est pas une étape c’est simplement la loi naturelle de toute réalité. Quand il y a naissance d’une réalité, cette réalité reçoit un programme extrêmement basique qui sera de survivre “coûte que coûte”. Le programme de base de la survie est “plaisir/ souffrance. Est-ce clair ?


*****************************************************

Danielle - Maure de Bretagne

Je croyais avoir compris mais parfois une grande confusion s'installe... Faire l'expérience d'une réalité comprenant de la souffrance = porter une attention neutre donc ne pas revivre la souffrance ?

S'identifier à une création pour faire l'expérience d'une réalité... Faire l'expérience de la souffrance, faire face à la souffrance, développer l'aptitude à l'attention neutre pour dissoudre les réalités contenant de la souffrance...

Si je suis effet des souffrances auxquelles je résiste et qui, donc, me poursuivent et me vident de mon énergie, comment est-ce que cette hémorragie peut cesser ?

Faire l'expérience de la souffrance, est-ce finalement se "décoller" de la réalité qui la contient pour lui faire face et  y porter une attention neutre ? Ce qui "désintègre" cette souffrance, est-ce l'accès à la compréhension située "derrière" l'émotion ? Est-ce que cette compréhension se fait dès que je ne résiste plus  et que j'accepte de regarder ?
Merci Claude

Claude : Danielle il semble que tu n’es pas inscrite à la newsletter !

Rappel et précision :
Faire l’expérience de la souffrance c’est mettre notre attention neutre sur la souffrance. Si c n’est pas neutre, c’est de l’intention et dans ce cas nous allons créer ou contre créer.

Quand nous mettons notre attention neutre sur une réalité nous nous identifions naturellement à cette réalité et dans la grande majorité des cas nous n’en sommes pas conscients ! S’identifier à cette réalité nous permet de faire un peu ou beaucoup l'expérience de cette réalité. Est-ce que nous ne sommes pas identifiés à nos idées et à notre corps physique sans en être vraiment conscients ?

Être identifié à une réalité nous permet de FAIRE L’EXPÉRIENCE de cette réalité. Est-ce que nous ne faisons pas l'expérience de nos idées et de notre corps !

Si cette réalité contient du plaisir, nous faisons l’expérience du plaisir, si cette réalité contient de la souffrance nous faisons naturellement l’expérience de la souffrance.

Notre problème est que le plaisir nous plaît et donc nous souhaitons continuellement être dans le plaisir, sauf que puisque nous en faisons l’expérience facilement, nous dé créons le plaisir et nous recherchons compulsivement à le re-créer. Du plaisir, comme toutes les bonnes choses nous n’en avons jamais assez !

Et pour la souffrance c’est un peu l’inverse, nous n’avons aucun plaisir à faire l’expérience de la souffrance et donc nous résistons d’une façon ou d’une autre à en faire l’expérience (la plupart du temps en contre créant) et la souffrance persiste. De la souffrance comme toutes les “mauvaises choses ” nous en avons toujours de trop !

Faire l’expérience c’est simplement s'identifier (attention neutre). Faire l'expérience de la souffrance c’est la ressentir (faire l’expérience d’une réalité c’est ressentir les impressions ou les émotions ou les sensations...) -   et ce ressenti de la souffrance permet de l’intégrer. Cette intégration dissout  la souffrance. Si je ne peux pas faire l’expérience de la souffrance et l’intégrer, c’est elle qui me désintégrera !

Faire l'expérience de la souffrance est un processus. Il y a le déroulement d’un cycle avec un début – une certaine continuité et une fin. Dans ce déroulement (comme dans un film) nous devenons conscients d’informations capitales qui ont le pouvoir de transmuter la souffrance en compassion (tout ce qui n’est pas aimé persiste !)

L’expérience (ressenti) permet de décharger les émotions “toxiques” qui nous empoisonnent et la compréhension (cognition) qui s’ensuit permet l’intégration de la réalité avec parfois un changement de point de vue sur l’existence.

Est-ce clair pour vous, mes amis ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article