64 - Suite de la causerie

Publié le par Claude Louis


Deux places viennent de libérer pour le stage pratique de fin septembre

C’est le dernier stage où vous trouverez résumé l'initiation de La voie Directe.

Alors viendrez-vous faire l’expérience de La Voie Directe ?

DSCF4664.JPG

Si vous voulez transformer votre manifestation, la manifestation de la réalité que vous manifestez à la périphérie, sachez que tout est inscrit au centre, alors, revenez au centre et faites le nettoyage des programmes, attaquez-vous aux vraies causes et non pas aux causes secondaires !

C’est cela, La Voie Directe !
Vous comprenez ?
 
Regardez : je vous montre un centre vide qui est la nature essentielle de l’Etre (désolé le dessin n'a pas pu être reproduit). Le problème que nous rencontrons est que nous avons un centre plein et il s’appelle ego ! Et c’est lui qui se manifeste. L’ego est une structure qui naît dans la dualité et dans la résistance, en fait, dans la souffrance. La structure de l’ego est un paquet de croyances invisibles et bloquées…
 
Quand vous n’allez pas bien, c’est simplement parce que vous avez une création qui n’est pas digérée, le cycle n’est pas terminé, c'est-à-dire qu’il y a de la masse qui doit être transformée en énergie puis en onde pour retourner à la vacuité. Il faut retrouver la création qui est à l’origine de la manifestation pour revenir au point sans dimension.

Mais qu’avons-nous de mieux à faire que de nous retrouver nous-même et comprendre le mécanisme qui fait que nous nous sommes perdus ?
 
La bonne nouvelle, c’est qu’en essence, nous sommes toujours parfaits !
La mauvaise nouvelle est que dans nos manifestations, dans nos créations, il y a une certaine imperfection et donc une certaine dose de souffrance. Mais ça fait partie du jeu de la dualité !
 
Dans ce centre noir que l’on nomme ego, on trouve (par exemple) les besoins qui n’ont pas été assouvis et les décisions prises qui vont être les premiers programmes, les premiers systèmes de croyances. L’ego est devenu le poste de commandement de toute notre manifestion, donc il est bien gardé. Vous ne pouvez pas attaquer la structure de l’ego directement, car il y a là des énergies très puissantes qui en assurent sa défense.
 
Il existe 3 stratégies de survie dans le règne animal (et nous appartenons à ce règne par le corps) : j’attaque, je me sauve et je m’effondre.
 
Il existe une quatrième stratégie qui dépend de la capacité de l’Etre. C’est faire face à la réalité. Et cela n’a rien à voir avec le corps.
 
Vous devez comprendre que le corps et l’esprit sont des manifestations.
Nous devons retrouver l’aptitude à faire face et pour cela revenir à ce centre est fondamental.
 
Mon hypothèse est qu’avant d’être un corps, avant d’être un être humain, je suis un Etre tout simplement. Même si la compréhension passe par le corps, à travers le corps, c’est la vie qui ressent, c’est la vie qui comprend, ce n’est pas le corps !
 
Faites toucher quelque chose à un cadavre, vous verrez qu’il ne sent rien !
Le corps est rempli de capteurs, mais le corps n’est pas la vie !
 
Quand vous mettez votre attention sur une personne, en fait vous touchez cette personne. C’est ce que font tous les bébés qui sont en empathie avec le monde. Ils prennent 80% des informations, non pas avec ce que disent leurs parents, mais directement par les impressions, par l’empathie !
 
Nous avons plein de visages, des visages sombres, des visages clairs, mais nous n’avons qu’un visage qu’aucun mot ne peut désigner, et c’est notre vraie nature, notre visage originel. Et cette vraie nature est déjà ICI, et nous pouvons en faire l’expérience maintenant. Cette expérience d’éveil peut ne rien changer dans notre existence ou complètement changer nos points de vue sur les réalités de l’existence. C’est la direction de La Voie Directe.
 
Si ce que nous sommes fondamentalement est ICI, nous devrions le voir. Ce que nous sommes fondamentalement ne peut être une chose. L’Etre n’est pas une chose.
 
J’émets l’hypothèse que dans le corps de l’Etre, il y a un corps humain. Et non pas l’inverse !
Dans le jeu du monde, l’Être, l’Illimité se rétrécit aux dimensions du corps humain. Quand vous découvrez que vous êtes ICI « l’Illimité », alors vous réalisez que vous êtes beaucoup plus qu’un corps, vous pouvez réaliser que vous êtes le monde…
 
Dans l’expérience que je vais vous proposer, ne cherchez pas quelque chose, ne cherchez pas de l’énergie, de la lumière, le 3ème œil ou je ne sais quoi ! Faites l’expérience de celui qui regarde... faites l’expérience du Soi... Faites l’expérience de VOUS !
 

Question de Michel 60

J'ai un peu de difficulté à comprendre le sens du terme "masse"

Je te cite: ( B 18 du 3 /10 /06) "quand nous échouons, nous descendons vers des tons émotionnels contenant moins d'énergie et plus de masse. L'angoisse, la peur, l’apathie contiennent beaucoup de masse et donc de l’inconscient. Nous sommes plus lourds et moins intelligents quand nous sommes tombés dans une zone apathique, c’est à peine si nous pouvons nous lever."

puis dernièrement tu dis: Si j’ai compris les mots mais que je ne comprends toujours pas, alors, c’est que je manque de masse. La masse nous permet de faire l’expérience

Est ce que le mot masse est employé dans un sens différent ?
ou est ce que j'ai mal compris, car pour ce que j' avais cru comprendre les tons émotionels hauts, donc donnant moins de masse permettaient plus d'intelligence et donc plus de compréhension ?

Merci de m'éclairer.


 
Claude :
Les masses, physiques ou mentales, intégrées, assimilées sont utiles et indispensables pour survivre physiquement et spirituellement.

Les masses, physiques ou mentales, non intégrées, non assimilées sont inutiles et même mortelles ou au moins tendront à rendre malade le corps physique et stupide l’esprit.

À titre d’exemple, je prendrai le fait de manger. Quand nous mangeons, nous ingérons de la masse physique : du pain, de la viande, des légumes... et s’ils sont digérés et assimilés, ils nourriront le corps mais s’ils ne sont pas digérés et assimilés, donc s’ils restent à l’état de masse, ils amèneront de la souffrance au corps ce qui est le signe qu’il a pris le chemin vers la mort.

Dans le domaine de l’esprit, c’est similaire. Nous avons besoin de masse pour nourrir notre esprit simplement parce qu’il est devenu un esprit “humain”, et que les humains, étant devenus de la masse, ont besoin de masse physique et spirituelle pour survivre. Mais cette masse doit être absolument transformée, transmutée...

Le cycle de la nourriture serait :
Au départ pas de masse (0) = pas de pain pour le corps ou pas d’information pour l’esprit.
Mais il faut bien se nourrir pour survivre...

Alors, nous trouvons d'une façon ou d'une autre de la nourriture, de la masse (1) = morceaux de pain pour le corps ou informations pour l’esprit.

Puis vient l'intégration, l’expérience de transformer cette masse (1/0) = mastication, digestion et assimilation du pain pour le corps et de l’information pour l’esprit.
Cette assimilation, cette intégration nous ramène à la position du départ = pas de masse (0).

Mais il est possible de faire l’expérience d’une non-digestion du pain pour le corps ou d’une non-assimilation de l’information pour l’esprit. Dans ce cas, le corps ou l’esprit tombe dans des “masses” et ce sont les maladies du corps ou de l’esprit.


L’esprit se nourrit d’informations. Il peut prendre et intégrer ces informations à plusieurs niveaux.

Au premier niveau, il ne comprend pas ce qui est dit, il ne comprend pas les mots, et cela risque de lui donner des maux !
Quand nous ne comprenons pas quelque chose, nous sommes évidemment dans une espèce de “masse confuse”. Cette masse faite d’incompréhension risque de restimuler d’autres incompréhensions antérieures et cela peut nous donner des symptômes physiques, diverses maladies qui vont s’incarner dans le corps physique (ce sont des maux, mal – dit !) et au niveau de l’esprit notre intelligence n’est pas très lumineuse, nous sommes dans la condition d’un “idiot”.

Posologie : prendre un dictionnaire et définir les mots et se faire de la masse, avec des dessins ou des démonstrations en utilisant de petits objets qui symboliseront les éléments physiques. Cela nous donne une masse cohérente, digeste et assimilable et permet de rallumer la flamme de l’esprit ainsi que son intelligence.

Le second niveau est de comprendre intellectuellement les mots, comprendre ce qui est dit et d’en faire l’expérience avec le feu des émotions. Dans ce cas, la digestion est relativement rapide, l’assimilation se fait assez bien et nous arrivons à la seconde  compréhension qui est véritablement COMPRENDRE. Cette seconde compréhension (à ne pas confondre avec la première qui est de simplement comprendre intellectuellement) est l'intégration véritable en nous des informations et cela nous nourrit.

Il y a comprendre intellectuellement les mots et il y a comprendre spirituellement ces mots et cela permet d’assimiler ce que les mots veulent dire. Ce deuxième “COMPRENDRE” c’est vraiment prendre avec soi, et AIMER (empathiser). C’est faire en sorte que la nourriture mentale (les informations) devienne notre esprit. Notre esprit existe par son contenu et son contenu est fait de masse d’informations digérées (ce serait comme de la lumière de vie !). Mais malheureusement notre esprit contient aussi de masse non digérée, localisé dans une partie qu’on appelle le réseau et cela est du poison.

Le troisième niveau est de faire l’expérience des informations au niveau des impressions. C’est comme pouvoir se nourrir avec l’essence des réalités, l’essence des mots. L’assimilation est immédiate et hautement énergisante sur le plan des émotions et de l’intelligence.

Il est préférable de nourrir notre esprit directement avec les impressions de la réalité, mais ce n’est possible en permanence que pour quelques rares éveillés/réalisés. Pour les êtres humains standards que nous sommes, nous avons besoin d’expérimenter une nourriture faite de mots compréhensibles (lecture, cinéma, relation...) mais aussi avec la masse que désignent ces mots (les diverses expériences physiques) afin de pouvoir digérer et assimiler.

Nous devrions nous entraîner sans perdre de temps, en profitant d’être encore dans un corps physique, à prendre les réalités physiques et mentales au niveau des impressions. L’exercice “voir une forme et la ressentir” que j’ai déjà donné est un entraînement supérieur pour ceux qui auront la persévérance de le faire.

Si vous n’arrivez pas à faire ce genre d’exercice, venez participer à quelques stages pratiques !


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article