30 - Un problème surgit quand vous n’arrivez pas à réaliser votre souhait.

Publié le par Claude Louis

 
 005-073.jpg

Exister c’est avoir le pouvoir d’Être quelqu’un,


de faire des actions et avoir quelque chose ou atteindre les objectifs fixés. Ceci est l’anatomie du cycle.

Un cycle c’est être – faire – avoir... L’avoir étant dans ce cas la réalisation de l’être ou plus exactement la réalisation de l’état d’être. Cette réalisation nous permet de dire (par exemple) “Je suis un professeur, je suis un automobiliste, ou un type bien ou bon à rien”... Toutes ces réalités que nous expérimentons font partie du jeu de l’existence, du jeu de la dualité.

Nous sommes ce que nous souhaitons être et quand nous le réalisons c'est le côté positif de l’existence . Nous sommes aussi ce que nous ne souhaitons pas être, mais que nous sommes “par la force des choses”. C’est le côté négatif de l’existence.

Créer une réalité que nous allons incarner et manifester, est une décision que nous prenons délibérément ou réactivement.

“Délibérément” signifie que cette création vient à exister simplement parce que nous émettons un postulat que nous avons décidé (intention + concept). C’est une intention qui dit X et qui crée X en tant que réalité. Et comme nous avons souhaité créer cette réalité quand celle-ci se réalise nous sommes très heureux d’en faire l'expérience en nous identifiant à cette création et en la manifestant auprès des autres.

Quand la création est réactive, cela indique que c’est le “réseau des incidents de notre existence” qui se manifeste ou simplement le conditionnement de notre environnement. Dans la plupart des cas, cette création ne nous plaira pas et nous tenterons de ne pas en faire l’expérience.

Si vous avez décidé de passer votre permis de conduire et que vous l’obtenez, il vous est agréable de manifester que vous êtes désormais un conducteur et non plus “un marcheur à pied” !

Un problème surgit quand vous n’arrivez pas à réaliser votre souhait. Vous dites X et vous avez Y en tant réalité !
Si nous reprenons notre exemple, vous souhaitez avoir votre permis de conduire, mais vous ratez l’examen et vous ne passez pas au statut de conducteur de voiture, ce qui peut entraver votre liberté de mouvement et même vous faire créer plus ou moins inconsciemment “je suis un raté” ou cela restimule divers “ratés” ou échecs que vous auriez eu dans le passé.

Et dans ce cas vous voilà avec une ou plusieurs créations indésirables que vous devez accepter. Vous devez accepter simplement parce que cela est un fait, “vous n’avez pas eu votre permis” . Mais dans beaucoup trop de cas nous n'acceptons les faits de l’existence qu'en leur “résistant” .

Ne pas accepter totalement ce qui est, nous obligera à faire l’expérience de ce qui est, bien au delà de ce qui est nécessaire. La résistance aux réalités (à ce qui est) entretient sans que nous en soyons vraiment conscients cet état de choses que nous ne voudrions pas expérimenter.

Quand nous expérimentons une réalité positive la bonne façon d’en faire l’expérience est de nous identifier à cette réalité, ce qui veut dire faire “un” avec elle. Cela nous est facile puisque cette réalité nous “l’aimons” et que l’amour est un état de rapprochement avec l’objet de notre amour.

Mais si nous haïssons une réalité parce que ce n’est pas celle que nous souhaitions, nous nous retrouvons collés à cette réalité à cause de la résistance que nous avons envers elle. Et c’est cette résistance qui nourrira la création indésirable et qui la fera persister.

Certaines personnes disent que l’amour résout tout !
Est-ce que cela peut guérir nos blessures anciennes ?
Mais comment aimer ce que nous haïssons ! ?

Claude Louis
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article